CAPRIces de Mykhailo Sydorenko

«L’art reste éternellement le même: l’art. C’est pourquoi il n’y a pas d’art nouveau. Il y a de nouveaux artistes». (Egon Schiele 1890 – 1918).

«Mykhailo (Misha) Sydorenko n’est pas un artiste conceptuel, il est un peintre. Il ne cherche pas à être original, pour son et mon plaisir et, ainsi, lui-même est libéré des forces qui pourront éventuellement être destructives pour tout ce qu’il considère comme important pour son art. Il est un voyageur dans ses paysages.

Nous voyons la Méditerranée  ainsi que les villes anciennes où il est à l’aise avec l’arrière-plan de la vie quotidienne et de la nature qui ont façonnés les côtes rocheuses, se baignant dans la lumière du soleil éternel. Sa palette ne peut pas être confondue avec celle de quelqu’un autre parce que c’est la palette typique de Sydorenko dans sa combinaison spécifique de bleu, rose et jaune. Les couleurs sont suggestives. La technique est très expressive et la surface de ses œuvres a une texture avec le relief. Il est étonnant que ses peintures soient si pleines d’atmosphère et de lumière».

Bernard de Wolff  MSc, historien d’art et  peintre qui vit et travaille à Paris et Amsterdam

« Les «CAPRIces» de Mykhailo Sydorenko reflètent la polyphonie des palettes de  lumière et  de couleur ayant  des  expressions esthétiques différentes qui passent à travers le prisme artistique du peintre qui réagit avec beaucoup de finesse à des vibrations du mouvement de l’humeur dans la vie de l’homme et de la nature. Son exposition attire par de nombreuses énigmes de l’état d’esprit et de la légèreté de la Méditerranée, transmises à travers l’émotion perçante du poète et du philosophe explorant des états d’âmes changeants dans la structure des essences mystérieuses… »

Roman Yatsiv, Maître de conférences, Vice-recteur de la recherche de l’Académie Nationale des Beaux Arts de Lviv

0 сommentaires
0

Laisser un commentaire